Archives de catégorie : séminaire

Programme du séminaire – Saison 2

Organisation : Claire Cornillon

Avec le soutien de PRAXILING (Université Paul Valéry – Montpellier 3/CNRS), de GUEST-Normandie, du GRIC (Université du Havre) et de l’Université d’Utrecht

Séance 1 : vendredi 24 mars, 14h – 17h, Université Paul Valéry – Montpellier 3, salle E108

Shannon Wells-Lassagne (Université de Bourgogne) : Moonlighting meets Noir: The Dream Sequence Always Rings Twice

Mélanie Bourdaa (Université de Bordeaux Montaigne) : We deserved better: une analyse de la réception des fans de The 100. Une perspective activiste et gender

Séance 2 : mercredi 19 avril, 15h – 18h, Ravesteijnzaal, Université d’Utrecht (Organisation Anne Kustritz)

Claire Cornillon (Université Paul Valéry – Montpellier 3) : Defense and illustration of Network TV: the example of Beauty And The Beast (1987)

Anthony Enns (Dalhousie University) : Eventizing Network Television in the Post-Network Age: Liveness, Nostalgia, Authenticity”

Judith Keilbach (Utrecht University) : Re-versioning History: Global Network Television and National Narratives

Nanna Verhoeff et Marijke de Valck ( Utrecht University) :Curating Screen Publics: From Networks to Interfaces

Séance 3 : mardi 30 mai, Université Paul Valéry – Montpellier 3

Laura Goudet (Université de Rouen) : They want you to live in a nigga-free zone? »– Sociolinguistique et identités culturelles dans Black•ish

Table ronde avec Arnaud Richard (Université Paul Valéry – Montpellier 3) (sous réserve)

Séance 4 : jeudi 15 juin, 10h30- 13h30, Université du Havre, Salle Olympe de Gouges

Hélène Valmary (Université de Caen): Joss Whedon, les networks, le cinéma

Hélène Breda (Université Paris 13) : Leadership au féminin : trajectoires narratives de femmes puissantes dans les séries de Shonda Rhimes

Entrée libre, ouvert à tous :

Renseignements : clairecornillon@gmail.com

networktv.hypotheses.org

www.facebook.com/networktvproject/

@semnetworkTV #semnetworkTV

Programme du séminaire 2016 – Saison 1

Séance 1 : 24 mars, 14h – 17h, Université du Havre, Salle Olympe de Gouges

Claire Cornillon : En guise d’introduction, quelques mots sur Beauty and the Beast (1987)

Dennis Tredy : The Early Days of the Network Wars: The Rise of American TV Networks and Key Battles for Primetime Ratings

Séance 2 : 29 avril, 13h – 16h, Université du Havre, salle du PRSH

Florent Favard : L’école Bad Robot/Abrams : identité et influence d’un univers audiovisuel

Vladimir Lifschutz : 24 : l’influence de l’anti-héros des networks sur la télévision

Séance 3 : 14 juin, 14h – 16h, Université du Havre, Salle Olympe de Gouges

Pacôme Thiellement : « Puissances, principautés, trônes et dominations »  (A propos de Millennium)

Troisième séance du séminaire le 14 juin

Seance 3

 

A la suite de « Red Dragon » de Thomas Harris et de « Se7en » de David Fincher, la série « MillenniuM » de Chris Carter s’est voulu une méditation sur la dimension apocalyptique du phénomène des serial killers et des profilers. Mais progressivement un second sujet de méditation est apparu : celui de la mentalité des hommes qui voient l’Apocalypse partout – voire le véritable sens de L’Apocalypse attribuée à saint Jean. Dans cette séance centrée sur une poignée d’épisodes des deux premières saisons (le pilote, « Powers, Principalities, Thrones and Dominions », « Beware the Dog », « Anamnesis », « The Fourth Houseman » et « The Time is Now »), nous allons voir ce que Franck Black a à nous apprendre sur nous, sur notre présence sur la Terre, sur le commencement du monde et sur sa fin, et sur les relations entre serial killers et séries télévisées.

Séance 2, 29 avril 2016

Florent Favard, « L’école Bad Robot/Abrams : identité et influence d’un univers audiovisuel »

Cette communication entend se centrer autour des œuvres (principalement les séries télévisées) produites par la société Bad Robot, et très souvent supervisées par son Chief Executive Officer, le scénariste et réalisateur J.J. Abrams.

Auréolé de mystère et d’un certain sens de la fausse piste, J.J. Abrams est une figure influente qui projette son « ombre » (Jonathan Gray, Show sold separately, 2010) sur l’industrie audiovisuelle américaine depuis Alias et le phénomène Lost, toutes deux produites par Bad Robot. Depuis, la société a enchaîné les échecs cuisants (Alcatraz, Six Degrees, Undercovers, …) et les succès (Fringe, Person of Interest), tout en infiltrant les plus grandes franchises au cinéma (Star Trek, Star Wars).

Au fil d’une analyse qui évitera la seule approche auctoriale, il s’agira de s’interroger sur l’influence de cette figure duelle, chimérique, qu’est l’entité Bad Robot/Abrams, sur les séries télévisées des grands networks dans les années 2000 et 2010.

Entre autres choses, il faut s’interroger sur l’influence d’Alias et Lost sur les productions suivantes de Bad Robot, mais aussi sur les séries à mystère en général : on y retrouve, tant dans la narration que dans les discours des scénaristes, la philosophie de la « boîte mystère » déployée par Abrams, ainsi qu’un récit non-linéaire qui se nourrit systématiquement du flashback, tandis qu’une grande méfiance à l’égard des énigmes à long terme s’est instaurée chez les diffuseurs, les fans, et même les scénaristes – une méfiance qui s’exprime d’ailleurs particulièrement sur le câble et les services de SVoD, dans les « anti-Lost » que sont The Leftovers et Sense8. Il faut aussi questionner le monopole qu’a acquis Bad Robot sur la science-fiction télévisée de network, à une époque où la chaîne (du câble) Syfy s’est détournée subtilement du genre : via un tissu de références et une expérience transmédiatique, paratextuelle, Bad Robot a-t-elle révolutionné la SF de network ou bien l’a-t-elle vampirisée ?

Cette communication n’entend pas résoudre du premier coup ces questions complexes, mais proposer un premier défrichement de ce qui apparaît comme un terrain d’étude fertile : celui de « l’école Bad Robot/Abrams ».

Vladimir Lifschutz, « 24 : l’influence de l’anti-héros des networks sur la télévision américaine. »

Créée par Joel Surnow et Robert Cochran en 2001 sur la Fox, 24 est une série d’une grande richesse, mais elle fut confrontée à de violentes polémiques qui ont probablement limité l’étude de son contenu. Jack est-il similaire à Henrich Himmler ?1 La série est-elle pro-Bush ? Pro-torture ? Les critiques les plus violents reprochaient à 24 de dissimuler, derrière un rythme dense, une idéologie violente post-11 septembre. Il serait intéressant de porter un regard sur ces polémiques avec une dizaine d’années de recul. Nous proposons surtout de nous concentrer sur le rôle historique, narratif et esthétique de 24. En effet, 24 doit être appréhendée dans ses influences. De Hill Street Blues, E.R ou encore St.Elsewhere, cette série a tenté d’explorer la richesse de la sérialité en dynamisant (parfois à outrance) ses récits, en multipliant les arcs narratifs parallèles, en se débarrassant de ses personnages emblématiques (bien avant Game of Thrones), en proposant une forme esthétique singulière (split-screen, steady-cam), en initiant une narration transmédia (24 Conspiracy2 en 2005, 24 : The Game3 en 2006). 24 fut un champ d’expérience sériel, une série qui s’interroge sur son langage, sur sa forme et sur ses codes. Son format est probablement la trace la plus audacieuse de son projet, ne refusant pas la pression inhérente à toute œuvre sérielle, elle fait du temps son plus grand atout. Chaque saison devient une journée de la vie mouvementée de l’agent Jack Bauer et chaque épisode, une heure de cette journée. 24 mérite d’être analysée avec du recul, de s’interroger sur ses influences et sur son héritage. En effet, comment imaginer qu’une série ayant eu un succès important tout au long des années 20004 n’ait pas laissé une trace dans l’histoire de la série télévisée américaine ? De Game of Thrones à Homeland en passant par Person of Interest, nous verrons de quelle manière la forme et le fond de 24 imprègnent ces différentes œuvres à des niveaux différents. Véritable matrice sérielle, 24 n’a pas tout inventé, loin de là, c’est la raison pour laquelle, nous proposons une lecture antérieure et postérieure à la série. De cette manière, nous verrons comment cette œuvre s’est inscrite dans une évolution des possibilités sérielles.

1 ZIZEK Slavoj : « The depraved heroes of 24 are the Himmlers of Hollywood », 2006 : http://www.theguardian.com/media/2006/jan/10/usnews.comment, (consulté le 1er octobre 2014).

2 Mobisodes (épisode conçu pour les téléphones) de 2005

3 Jeux-vidéo de 2006

4 Entre 8 et 13 millions de téléspectateurs en moyenne aux Etats-Unis pour les huit premières saisons.

Séance 1 : The Early Days of the Network Wars, by Dennis Tredy

The Early Days of the Network Wars:

The Rise of American TV Networks and Key Battles for Primetime Ratings

Dennis Tredy (Paris III)

If the mid-twentieth century was, internationally, a time of armed conflict (The Spanish Civil War, World War II, the Korean War and The Vietnam War), there was quite another type of war being fought for dominance of America’s commercial airwaves. It involved a long series of ruthless battles that began with radio and that quickly spilled over into the world of television, and that led to the creation of three superpowers—that is, the three major TV networks of NBC, CBS and ABC—who would rule the industry virtually unopposed for nearly half a century, and who would constantly fight tooth and nail with each other in order to win the never-ending ratings war and its financial spoils. If the ‘big three’ networks, today, have a difficult time staying relevant in a vast world of cable, streaming and on demand television, they nearly single-handedly ran the television industry in the United States for sixty years, were the instigators and custodians of all its major developments over time and made America’s TV culture what it is today.

The goal of this presentation will thus be to go back to the early days of television to demonstrate how the three major television networks rose to power in the industry and did battle with each other on many different fronts. The first was a two-fold battle for patents and technical dominance on one hand, and for commercial television and the right to have paying sponsors on the other, and it pitted the U.S. government, through the FCC, against the emerging industry leader on both of these fronts, RCA-NBC. Before programming itself really became an issue, NBC’s founder David Sarnoff, aptly known as ‘Brigadier General Sarnoff’, boldly overcame one obstacle after another (changing technology, new government regulations, court and even Supreme Court battles and anti-trust cases) and emerged from the wartime hold on development as the undisputed industry giant—at least until programming and content became the new battlefront in the late 1940’s and early 1950’s.

For CBS president William Paley, known as the ‘Impresario’, quickly understood that he could not beat NBC on the technology front and instead focused on popular programming and star power—even if it meant using some creative accounting to steal the biggest names on contract with NBC. It was Paley’s CBS that demonstrated that TV, in terms of content, would be both an extension of and an improvement on radio, successfully adapting all of the most popular radio shows to television and becoming a ratings leader. Second-tier networks were thus fighting for survival when focus turned to content and ratings, and the field quickly narrowed when some could not adapt, like the ill-fated DuMont Network (once the fourth horseman in terms of American TV networks, long before FOX joined the hunt), who hoped for more educational programming and who, having not been in radio, had no ready-made content or stars on contract. However, another smaller network would successfully find its own niche—that of youth programming and broadcasting major studio films—through its merger with Paramount Pictures in 1952. ABC’s new president, Leonard Goldenson, would then apply the same marketing methods he had used at Paramount to draw in huge audiences of younger viewers and match the ratings of the two mastodons, NBC and CBS.

Once the field had been limited to these three superpowers, the ratings war began in earnest, and it became a question of finding the right content for an ever-expanding audience and ever-changing national demographic. As this paper will show, the first ratings weapon of choice was decidedly comedy, with all three networks throwing their primetime investment into an effort to tickle America’s funny bone. Thus NBC focused on Vaudeo (live variety programs mixing comedy sketches, guest stars and music), while CBS would emphasize the sitcom and its purloined star power, with ABC adapting the sitcom format to younger audiences and opting for teen dance shows like American Bandstand over the older variety format dominant at NBC. From the 1950’s, the ratings war would rage on between the three networks for generations, but one network would manage to stay on top for nearly three decades. What was their secret weapon? It was simply the ability to abruptly change programming when the winds of change started to blow among U.S. audiences, even if it meant cancelling a number-one show overnight. Thus comedy programs over time would switch from irreverent, urban and ethnic comedy, to comedic quiz shows, to conservative rural comedy, to escapist supernatural sitcoms, and finally to hard-hitting and politically incorrect ‘relevancy’ sitcoms—keeping a certain network number one through to the late 1970’s. Other networks would mark smaller victories by adapting to other fads—including the adult western, noiresque crime drama, superhero series, etc.— but only one network could be said to have won the ratings war…