Séance 2, 29 avril 2016

Florent Favard, « L’école Bad Robot/Abrams : identité et influence d’un univers audiovisuel »

Cette communication entend se centrer autour des œuvres (principalement les séries télévisées) produites par la société Bad Robot, et très souvent supervisées par son Chief Executive Officer, le scénariste et réalisateur J.J. Abrams.

Auréolé de mystère et d’un certain sens de la fausse piste, J.J. Abrams est une figure influente qui projette son « ombre » (Jonathan Gray, Show sold separately, 2010) sur l’industrie audiovisuelle américaine depuis Alias et le phénomène Lost, toutes deux produites par Bad Robot. Depuis, la société a enchaîné les échecs cuisants (Alcatraz, Six Degrees, Undercovers, …) et les succès (Fringe, Person of Interest), tout en infiltrant les plus grandes franchises au cinéma (Star Trek, Star Wars).

Au fil d’une analyse qui évitera la seule approche auctoriale, il s’agira de s’interroger sur l’influence de cette figure duelle, chimérique, qu’est l’entité Bad Robot/Abrams, sur les séries télévisées des grands networks dans les années 2000 et 2010.

Entre autres choses, il faut s’interroger sur l’influence d’Alias et Lost sur les productions suivantes de Bad Robot, mais aussi sur les séries à mystère en général : on y retrouve, tant dans la narration que dans les discours des scénaristes, la philosophie de la « boîte mystère » déployée par Abrams, ainsi qu’un récit non-linéaire qui se nourrit systématiquement du flashback, tandis qu’une grande méfiance à l’égard des énigmes à long terme s’est instaurée chez les diffuseurs, les fans, et même les scénaristes – une méfiance qui s’exprime d’ailleurs particulièrement sur le câble et les services de SVoD, dans les « anti-Lost » que sont The Leftovers et Sense8. Il faut aussi questionner le monopole qu’a acquis Bad Robot sur la science-fiction télévisée de network, à une époque où la chaîne (du câble) Syfy s’est détournée subtilement du genre : via un tissu de références et une expérience transmédiatique, paratextuelle, Bad Robot a-t-elle révolutionné la SF de network ou bien l’a-t-elle vampirisée ?

Cette communication n’entend pas résoudre du premier coup ces questions complexes, mais proposer un premier défrichement de ce qui apparaît comme un terrain d’étude fertile : celui de « l’école Bad Robot/Abrams ».

Vladimir Lifschutz, « 24 : l’influence de l’anti-héros des networks sur la télévision américaine. »

Créée par Joel Surnow et Robert Cochran en 2001 sur la Fox, 24 est une série d’une grande richesse, mais elle fut confrontée à de violentes polémiques qui ont probablement limité l’étude de son contenu. Jack est-il similaire à Henrich Himmler ?1 La série est-elle pro-Bush ? Pro-torture ? Les critiques les plus violents reprochaient à 24 de dissimuler, derrière un rythme dense, une idéologie violente post-11 septembre. Il serait intéressant de porter un regard sur ces polémiques avec une dizaine d’années de recul. Nous proposons surtout de nous concentrer sur le rôle historique, narratif et esthétique de 24. En effet, 24 doit être appréhendée dans ses influences. De Hill Street Blues, E.R ou encore St.Elsewhere, cette série a tenté d’explorer la richesse de la sérialité en dynamisant (parfois à outrance) ses récits, en multipliant les arcs narratifs parallèles, en se débarrassant de ses personnages emblématiques (bien avant Game of Thrones), en proposant une forme esthétique singulière (split-screen, steady-cam), en initiant une narration transmédia (24 Conspiracy2 en 2005, 24 : The Game3 en 2006). 24 fut un champ d’expérience sériel, une série qui s’interroge sur son langage, sur sa forme et sur ses codes. Son format est probablement la trace la plus audacieuse de son projet, ne refusant pas la pression inhérente à toute œuvre sérielle, elle fait du temps son plus grand atout. Chaque saison devient une journée de la vie mouvementée de l’agent Jack Bauer et chaque épisode, une heure de cette journée. 24 mérite d’être analysée avec du recul, de s’interroger sur ses influences et sur son héritage. En effet, comment imaginer qu’une série ayant eu un succès important tout au long des années 20004 n’ait pas laissé une trace dans l’histoire de la série télévisée américaine ? De Game of Thrones à Homeland en passant par Person of Interest, nous verrons de quelle manière la forme et le fond de 24 imprègnent ces différentes œuvres à des niveaux différents. Véritable matrice sérielle, 24 n’a pas tout inventé, loin de là, c’est la raison pour laquelle, nous proposons une lecture antérieure et postérieure à la série. De cette manière, nous verrons comment cette œuvre s’est inscrite dans une évolution des possibilités sérielles.

1 ZIZEK Slavoj : « The depraved heroes of 24 are the Himmlers of Hollywood », 2006 : http://www.theguardian.com/media/2006/jan/10/usnews.comment, (consulté le 1er octobre 2014).

2 Mobisodes (épisode conçu pour les téléphones) de 2005

3 Jeux-vidéo de 2006

4 Entre 8 et 13 millions de téléspectateurs en moyenne aux Etats-Unis pour les huit premières saisons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *